Le GIM et l’UIMM Seine et Marne fusionnent

 

Au cours de leurs Assemblées Générales Extraordinaires respectives, le GIM et  l’UIMM de Seine et Marne ont officialisé leur fusion, conduisant à  une représentation unifiée des entreprises de la métallurgie en Ile-de-France.

L’enjeu de cette régionalisation est d’apporter, de façon mutualisée, avec une forte proximité, des compétences et des expertises qui répondent aux attentes des industriels dans le domaine social et dans celui de la formation ou de l’apprentissage.

En région parisienne, le GIM est reconnu pour la qualité et la réactivité de ses équipes juridiques auprès des entreprises de toutes tailles et par le maillage des structures d’apprentissage industriel. Pour sa part, l’UIMM Seine et Marne a su cultiver, avec ses adhérents, sur un vaste département, une animation territoriale spécifique répondant, avec une forte proximité, aux besoins des entreprises.

Aujourd’hui, la fusion des deux chambres syndicales a pour ambition, dans les prochaines semaines, de créer un modèle visant à apporter aux adhérents la meilleure combinaison possible de ces deux approches. Dès à présent, la nouvelle gouvernance réaffirme la diversité de la représentativité au sein de ses instances.

Les entreprises adhérentes de Seine et Marne pourront ainsi bénéficier de la documentation thématique complète du GIM, mais aussi du déploiement d’actions d’accompagnement sous forme d’ateliers et de réunions : formation professionnelle et apprentissage, recrutement et attractivité, diagnostics GPEC et accords égalité professionnelle…

Par ailleurs, le GIM veillera à pérenniser l’expertise opérationnelle de proximité auprès des entreprises adhérentes, en maintenant une implantation territoriale en Seine et Marne.

Grâce à cette fusion, les entreprises industrielles d’Ile-de-France sont réunies au sein d’un seul et même syndicat, qui, au-delà de son rôle à leurs côtés en matière de droit social appliqué et de développement des compétences de leurs salariés, aura à cœur de mieux les représenter auprès des responsables économiques et institutionnels de la première région d’Europe.